Édition unique.

Je le sais, je n’y étais pas hier soir…  Est-ce possible!!!  Manquer le meilleur spectacle que le FMBM propose cette année.  Bon.  Enfin, j’ai mes raisons.  Comme plusieurs d’entre vous, j’ai pris la décision, assumée, de ne pas assister à la représentation de Bassekou Kouyaté et Ngoni Ba.  Non pas par manque d’intérêt, bien au contraire. Pour avoir séjourné quelques mois en Afrique de l’Ouest, plus précisément au Burkina Faso, cousin du Malin, je n’avais que trop hâte d’assister à cette escalade de rythme sortis droit du coeur du continent où l’humanité tire son origine.  Cependant, je n’y assité point.  J’étais avec un ami et ses trois enfants, en camping.  Ne les voyant pas assez souvent dans une année, et comme plusieurs ils choisissent cette fin de semaine pour venir faire un tour dans le coin, j’ai profité de leur présence au site de camping C-104 du Parc Forillon.  Site duquel d’ailleurs nous avons entendu l’explosion des tambours en fin de spectacle vers 12:00.

Ainsi donc, nous manquons des prestations inédites, uniques, complètement novatrices à Gaspé (imaginez seulement l’idée de recevoir un groupe du Mali à Gaspé en 2000!  Impensable à l’époque, mais bien réel aujourd’hui.) pour passer la soirée au bord du feu avec les enfants; « off festival ».  C’est que, au dela des activités de jour sur la “maine” et des représentations, il se développe à chaque édition de l’événement, une faune venue de partout en province, avec les enfants, pour participer à leur FMBM.  Il y a 7 ans, la progéniture était dans la poussette; aujourd’hui, elle fait le defilé des enfants et demain, elle sera probablement bénévole avec nous, qui sait?  Voilà la beauté de la chose, le festival grandit pour la famille, et la famille à son tour grandit avec nous.  C’est ce que l’on appelle le partage et la transcendance.  Partage de la joie et du bonheur de vivre, le temps d’un instant, ailleur dans le monde mais les deux pieds sur le bord de notre baie, et transcendance d’une édition à une autre où à chaque fois, une dépendance et un sentiment d’appartenance de plus en plus fort s’émisse entre la population et les organisateurs de l’évènement.  Mais oui, les contraintes de la vie quotidienne s’impossent, comme toujours, dans l’entre fait de la fin de semaine, où les parents, malgré la qualité des activités programmées le jour et leur nombre hallucinant, doivent se plier aux besoins incessants de leurs rejetons pour un jour les amener à participer de façon autonome à leur FMBM.  C’est donc en l’honneur de tous ces parents amoureux de leurs enfants et attentionnés comme pas un que j’écris ces quelques lignes, pour les féliciter, d’être là nombreux, souriant et désireux de participer au FMBM à chaque année.  Merci  d’être contagieux, pour l’entourage comme pour nous, de votre joie de vivre et de votre plaisir à être ensemble, peu importe le spectacle.  On manque parfois de bons « show », mais de voir des enfants rire aux éclats en pédalant sur leur vélo, n’est ce pas là un spectacle inédit et ne passant qu’une fois dans nos vies?  Édition unique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s